Forum POITIERS BRUITS

Espace de communication entre activistes, public de Poitiers etc.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Appel à archives Confort Moderne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Listclubs



Nombre de messages : 99
Age : 45
Poitiers : Sainte, Sale et Savante
Date d'inscription : 27/01/2010

MessageSujet: Appel à archives Confort Moderne    Mar 11 Juil - 2:02

"L’Œil Ecoute, l’Oreille est Hardie, le Confort Moderne, … les noms se suivent et les événements aussi. L’association se penche sur son passé avant de faire un saut dans le futur et sa réinstallation dans les murs du Confort.
Malheureusement, le temps a dispersé flyers, affiches, photos d’exposition ou de concert et la mémoire physique est maintenant lacunaire.
Vous étiez là en 1977 pour applaudir Henri Cow ? En 1980 au premier rang de l’amphi Descartes pour la première venue de The Cure ? Les pieds dans l’eau en 1982 pour Michel Redolfi ? Bien sûr au fameux Meeting de Poitiers en 1983 ?
Et vous êtes revenus en 1985 quand l’asso s’est installée faubourg du Pont Neuf et puis ça s’est enchainé jusqu’en 2016 et la Dernière avant travaux, puis les hors les murs et les visites de chantier jusqu’à aujourd’hui.
Entre temps il y en a eu des concerts, des expositions, des conférences, des performances et on n'a pas pu tout enregistrer.
C’est là que vous entrez en jeu : spectateurs, adhérents, bénévoles, musiciens, plasticiens, assidus ou de passage, vous avez gardé un morceau de votre venue, ça nous intéresse.
Nous recherchons des photos de concerts, d’exposition, des flyers ou affiches, des tickets d’événements organisés par l’asso.
Les archives sont rares pour la période de 1977 à 1985.
Les archives sont floues ensuite jusqu’à 2005.

Pour la suite, normalement c’est bon, on a ce qu’il nous faut.
Si vous possédez un peu ou beaucoup de traces des aventures de l’OH entre 1977 et 2005 et que vous souhaitez les partager avec nous c’est par ici : blandine[at]confort-moderne[point]fr pour prendre RDV et scanner sans attendre vos documents. Vos photos sont déjà numérisées ? Déposez-les sur cet espace de stockage en ligne dédié au projet : https://tinyurl.com/y9httb3t
En plus de notre gratitude, on vous prépare une surprise, alors n’hésitez pas à nous apporter vos trésors et les histoires qui vont avec.
Merci d’avance !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://keponteam.org/
fab tigan



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 11/10/2006

MessageSujet: toujours la même erreur ?!   Sam 29 Juil - 19:32

Hello,
Les archives sont faciles à retracer du coté de la Nouvelle République et de Centre Presse. Pas mal d'articles sur les concerts ont été publiés.
À propos des deux concerts de THE CURE@ Poitiers à l'amphi descartes, ils n'ont jamais été organisés par l'OH. Les billets d'entrée de l'époque en sont l'ultime preuve (comme ceux qui ont assisté aux concerts le savent). L'organisateur est Santos Production qui a booké toutes les premières tournées de The Cure en France. Il était aussi le fondateur du Bataclan. SVP : prendre confirmation définitive avec : https://www.facebook.com/dimitroy.paneuropean .
L’organisation OH/CM a tendance à s’attribuer des concerts qu’elle n’a jamais organisés. Cela serait super de bien vérifier ce qui a été affirmé un peu trop vite.
Pour les archives de OH/CM de 1982-1989, le suicide d’Érick Gérard explique largement le manque de mémoire de celui qui fut une des chevilles des débuts réels –sur le terrain- du CM (en dehors de sa « bureaucratisation » et son officine « totalitaire ») ; il avait à l ‘époque conservé de larges archives du CM/OH : affiches, programmes dans un garage dont lui seul avait la clef. Il y mettait aussi les fanzines que le CM recevait abondamment, et serviront de fonds au démarrage de la fanzinothèque. Ce n’est pas une critique de la fanzinothèque, car elle a permis de conserver ces fanzines…Du coup, où sont passés les nombreux dossiers de presse, k7 démo, vinyls promos, cds, etc., que le CM recevait des quatre coins de l’hexagone….
Excellent projet qui commence à se réaliser en 2017. Mieux vaut tard que jamais à condition que le projet soit vraiment respectueux…
F/T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Listclubs



Nombre de messages : 99
Age : 45
Poitiers : Sainte, Sale et Savante
Date d'inscription : 27/01/2010

MessageSujet: Re: Appel à archives Confort Moderne    Dim 30 Juil - 3:51

Pour preciser les choses cet appel etait présent dans la newsletter mensuelle du CM et j'ai pensé judicieux de le relayer (hors FB) en leur conseillant évidemment de venir fouiner ici !

Autre projet attendu : serait programmé a terme une rencontre sur "La scène punk à Poitiers depuis 1976" dans le cadre de http://pind.univ-tours.fr/events
A suivre...
(D'ailleurs un bref historique de la Fanzino est evoqué ici : http://pind.univ-tours.fr/events/question-darchives )

Merci pour les details et le contexte,Fab, toujours hautement instructif et foisonnant (et sur le multi-activiste central qu'etait E.G,chose que je n'ai realisé que retroactivement ,etant de la generation suivante)

(D'ailleurs au passage j'avais quelques questions restées en suspens ici,si jamais ça te parle :
http://poitiersbruits.bbconcept.net/t2272p50-quelques-flyers-d-epoque-precisions-bienvenues )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://keponteam.org/
fab tigan



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Re: Appel à archives Confort Moderne    Dim 30 Juil - 4:52

Effectivement, sur les aspects « musicaux », Erick Gérard avait quelques longueurs d’avance sur les Poitevins…notamment sur l’initiative de la Fanzino. Au niveau finesse musicale, (son émission de radio, les discussions que l’on a eues dès 1982, puis après les rencontres, etc.), c’est quelqu’un que j’ai toujours apprécié. J’ai jamais compris pourquoi il avait formé les Pussykillers…et jouait du Psychobilly. À postério-ri, ce dont je suis sûr, c’est que son suicide a laissé un grand vide, particulièrement au Confort, où pas mal de wannabe/crosseurs se sont engouffrés.
Sur les colloques universitaires concernant le PUNK en France, après la lecture de ce numéro Volume ! Les musiques populaires, (13) 1, la scène punk en France de 2016, je suis assez sceptique tant certains articles frisaient carrément le ridicule. Je lis quelques articles scientifiques sur le punk en Amérique du Nord… La réification du « punk », particulièrement à Poitiers et en France, pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. En plus, scientifiquement, les méthodologies de recherche en sciences sociales sont carrément déficientes (comme d’habitude en France…), particulièrement dans ce domaine, au profit d’une sur-idéologisation justifiant tout après coup. J’ai hâte de voir ce que l’on va faire des Scrubs de Niort, de la Confirmation de Niort, de Raticide (Tours, Poitiers, Parthenay) et où l’on va placer Odessa, Offset, La Strada, Pussykillers, Emergency, etc. Selon les témoignages anticipés, la pertinence scientifique critique va surement laisser à désirer. C’est comme faire un colloque sur le stalinisme et inviter que des membres du PCF. Scientifiquement parlant, cela manque de sérieux…
Franchement, en plus en France, c’est pas trop la scène punk hexagonale, ville par ville, qu’il faut étudier, ou plutôt selon des endroits très particuliers en France comme Orléans (je veux bien participer à une recherche là bas !), Le Havre, le Nord, Bordeaux (une « approche enfants du rock »). Le reste, c’est du rock rural…. Les scènes les plus « dangereuses », avec des vrais prolos, banlieusards, branleurs, c’est plutôt dans le hard rock, dans le heavy metal, etc., qu’il faut chercher. Dans le punk parisien et provincial, la plupart du temps, c’est des gosses de députés, de conseillers municipaux, d’acteurs, de médecins, de flics, des fils de notables, des pseudos prolos, qui vont dans les lycées privés catholiques, qui vont à la messe le dimanche, etc… Ce que Bourdieu appelait les « héritiers ». C’est d’ailleurs pour cela, que les universités s’y mettent sans aucune pertinence véritablement sociologique, sans définir son sujet, ses méthodes, etc.
Pas le temps, je boucle en ce moment mon second doctorat et mon automne est sérieusement booké avec deux grosses présentations à symposium et colloque. Soyons sérieux !
Les deux personnes en photo sont super connues à Poitiers. Mais, tu comprends que ce n’est pas à quelqu’un d’autre qu’eux de les identifier.
F/T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Listclubs



Nombre de messages : 99
Age : 45
Poitiers : Sainte, Sale et Savante
Date d'inscription : 27/01/2010

MessageSujet: Re: Appel à archives Confort Moderne    Mar 1 Aoû - 7:19

Belles piste de réflexions (et merci pour l'esprit de discretion).
Tenté aussi d'y deviner un fétichisme satisfait et complaisant plus qu'un décryptage rigoureux,a voir...

Et pour rester sur les tentatives d'archives locales : http://punkatours.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://keponteam.org/
fab tigan



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 11/10/2006

MessageSujet: Re: Appel à archives Confort Moderne    Mar 1 Aoû - 16:52

Les problématiques sont largement nombreuses à partir du moment où l’approche scientifique est critique et variée. Le plus difficile est de dépasser l’entre-soi et une démarche largement idéologique. D’où le concept de punk apparaît complètement étroit (dans tous les sens du terme) car il ne recouvre pas les divergences et les divisions « normales ». Poitiers a ceci d’original : la municipalité socialiste encadre et contrôle politique et financier des « mouvances » punks à la fin des 80s-début 90s. D’ailleurs, certains « punks » locaux se sont découverts dans cette conciliation ou encore quand cette conciliation n’était pas elle-même « familiale ». Cela devrait donc poser une analyse critique, un décorticage idéologique, de ce que certains appellent le « socialisme municipal ». Si l’on prend d’autres villes, comme Orléans, Tours, ou Bordeaux, ou Nantes, etc., les mouvances punks ont plutôt été assez maltraitées par leur municipalité.
Le manque de définition du punk (bon courage) va être drôle à traiter et à opérationnaliser. Orléans, qui devrait être la mère de toutes les études du « punk » en France, en incluant Blois, Vendôme, etc., possède tous les paradoxes, mais si on cloisonne au punk, la recherche se bloque en 79-84 (et devrait aussi comprendre 90-95) ; pourtant, il s’agit presque des mêmes personnes, qui passent du rock, du heavy-metal, aux 60s, au punk, street-punk oi, puis au crust, grind, hardcore, etc. Et en plus, certains sont issus des scènes psyché-folk des années 1970. (Rien que l’entrevue filmée de Michel Rose à Orléans/St Jean de la Ruelle change toutes les perspectives scientifiques ! Il y en a au moins pour 10 heures !)
Punk dis tu ? C’est ridicule…
Puis, en visionnant ce formidable témoignage vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=kw4NAvm3Nw8) du gars de NoFuture records, label punk diy anglais 1980, il est facile d’entrevoir que la démarche scientifique française semble loin d’une véritable étude de terrain « critique » connaissant son sujet et suffisamment éloigné de celui-ci. En lisant la thèse de Stéphane François sur le Paganisme de la Nouvelle Droite, on voit que derrière les mouvances musicales peuvent se trouver des organisations politiques et des objectifs non visibles. D’où aussi, la nécessité de décortiquer le cadre idéologique aussi. L’institutionnalisation (jeu de mot français/anglais) du « punk » à Poitiers n’est pas seulement le fruit du hasard.
Du coup, pourquoi privilégier un concept plutôt qu’un autre ? Une idéologie plutôt qu’une autre ? Il manque évidemment tous les courants révolutionnaires de « droite » et une histoire –elle-aussi- critique des mouvements skinheads français qui sont loin des représentations antifa actuelles. Après tout, en 76-77 (de mémoire), le Quotidien de Paris (socialiste) avait classé le punk dans les courants d’extr-droites, néonazi et révisio, antisémite (déjà…). Après tout, la France fut le seul pays continental où les sex pistols ont joué une seule date organisée par un grand couturier de luxe…
Dernier truc important, pour éviter la saturation qui va être très rapide (genre : le punk à Loudun du 1er mai au 19 juin 1978), j’avais eu la chance de discuter un tout petit peu avec Schultz ; sa vision des scènes « alternatives » était super intéressante, très critique avec un coté social / retour à la réalité. Son témoignage aurait été intéressant pour débalancer le mythe punk/alternatif. Des gars comme Rico des Gougnaf Mvt (au stade de foot?) devraient être sollicités car leurs visions vont contredire les mythes fondateurs et relativiser les démarches scientifiques, donc ouvrir de nouvelles perspectives.

Je comprends le côté officiel du truc, relié avec un programme particulier de subventions de recherche, bel effort de l’État français ; mais, là encore, pour vraiment consolider les choses, à mon avis, il aurait fallu élargir directement à l’étude de la contre-cuture en France des années 1960 à 2000. Ne pas recréer un clivage superficiel, même s’il est important pour ceux qui l’ont vécu (dont je fais partie). Beaucoup de contrecultures sont à documenter en France, psychédéliques, folk, industrielles (quoique), rock, hard-rock, rock 60s, mods, ska, etc., sans oublier les scènes « coloniales » (musiques maghrébines, sépharades, africaines, antillaises, etc., des « immigrations » ou des départements d’outre-mer, c’est aussi de la musique contre-culturelle), le rap, la house, etc. Elles se complètent les unes et les autres. L’autre problématique de l‘étude de la contre-culture fera apparaître sûrement une autre vision de l’expérimentation culturelle, largement marginalisée et plutôt positive, en France ou plutôt malgré elle, au-delà des entre-soi locaux et du rôle répressif et élitiste, de l’État, du Ministère de la culture et des DRAC (ah les fameuses DRAC du gentil Malraux…), gouvernés à la fois et successivement soit par la gauche et par la droite. Du coup, il restera plus qu’à comparer avec les autres pays européens (Allemagne, Belgique, Italie, Hollande, etc…). De jolies surprises les attendent… Que de belles perspectives de recherches ! (sans ironie).
F/T

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appel à archives Confort Moderne    

Revenir en haut Aller en bas
 
Appel à archives Confort Moderne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BASTARD DJ Bobo + PIVIXKI+...@ Le Confort Moderne/Poitiers
» [26/10] KNUT + CHERE CATASTROPHE @ Confort Moderne/Poitiers
» Archives, Volume 2 1973/1979
» La Musique: une source de réconfort à la perte d'un proche ?
» La Trompette Moderne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum POITIERS BRUITS :: LA GRANDE DISCUSSION :: Archives sonores-
Sauter vers: